De beaux textes écrits par le zoologiste Nicola Davies, agrémentés de sublimes dessins d'Emily Sutton, cet album documentaire intitulé «Tous, la biodiversité sur terre», est une œuvre destinée à sensibiliser les petits et même les grands à l’importance de la biodiversité.

 Nicola Davies y parle doucement aux enfants :

 « où que ton oeil se pose, il y a de la vie. Dans les déserts… les îles lointaines… sous les plumes des oiseaux et sur le dos des scarabées… même là où tu penses que rien ne peut vivre comme dans la lave bouillonnante des volcans »

Grands mammifères, forêts ou micro-organismes... le changement du climat annonce des temps incertains pour les animaux et les végétaux, souligne l'Académie des sciences française dans un rapport publié lundi, qui rappelle que cette biodiversité est nécessaire à l'Homme.

 

"Le réchauffement climatique observé au 20e siècle affecte déjà tous les niveaux d'organisation écologiques", constate l'institution, appelant à plus de recherches pour mieux cerner ces facultés d'adaptation.

La responsabilité de WWF et de WCS, deux grandes ONG qui gèrent les aires protégées dans la région, est mise cause dans un rapport de Survival International.

Il ne s’agit pas de bavures isolées. Les témoignages de Pygmées rassemblés par l’ONG Survival International dans trois pays du bassin du Congo – Cameroun, Centrafrique et Congo-Brazzaville – font la lumière sur les violences infligées aux peuples des forêts pour les tenir à distance des aires naturelles protégées.

Dans le cadre d’une mission longue durée de Vincent Droissart, Chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), une mission de terrain a été effectuée du 1er au 10 juin 2017 avec Narcisse Kamdem (assistant de recherche au laboratoire de Botanique systématique et d’Ecologie) pour rechercher Ossiculum aurantiacum dans la région du Sud-ouest (Mamfe, Nguti, Ebondji) et obtenir plus d’informations sur son aire de distribution, son écologie et son statut de conservation.

Dans un rapport, l'Académie des sciences dresse un tableau détaillé de la dégradation par l'homme de la biodiversité et tente de mesurer la résilience des écosystèmes fragilisés quand vient s'ajouter le réchauffement climatique.

 

Expliquer, alerter, prévenir, c'est le défi que s'est fixée l'Académie des Sciences au travers de son Comité des sciences de l'environnement en publiant aujourd'hui un rapport ambitieux sur «les mécanismes d'adaptation de la biodiversité aux changements climatiques et leurs limites».

Selon les résultats de travaux de recherche publiés mercredi 20 septembre 2017 dans la revue Science Advances, les populations de tortues de mer ne déclinent plus dans une soixantaine de régions dans le monde.

Les tortues de mer tirées d’affaire ?

Menacées par la chasse, la perte de leur habitat, la pollution plastique et les prises accidentelles dans les filets de pêche, les populations de grandes tortues de mer déclinaient depuis une vingtaine d’année. Ainsi, sur les sept espèces différentes de tortues marines, toutes sont classées vulnérables ou en danger de disparition.

Libreville – Le Gabon, couvert à 88 % de forêts, mise désormais sur la technologie pour mieux contrôler le secteur forestier qui suscite la convoitise de trafiquants sans scrupule attirés par le marché juteux du bois.

 

Figurant parmi les pays les plus reboisés au Monde, le Gabon a renforcé aux cours de ces dernières années son dispositif technique et réglementaire pour recenser toutes les activités susceptibles de porter atteinte à sa richesse forestière.

 

A cet effet, Libreville recourt désormais à une surveillance satellitaire opérée par l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (AGEOS).

Faire un don

Ce site à but non lucratif qui fait de la ré information gratuite vous a plu ? …faire un don etc…