le Gabon et l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) viennent de signer un pré-accord d’un montant de 18 millions de dollars, environ 10 milliards de francs CFA, destiné à la planification et à la surveillance de l’utilisation des terres afin de protéger 23 millions d’hectares de forêt tropicale et de lutter contre les changements climatiques.
Un atelier sur l'évaluation écologique et économique d'une zone humide continentale a été la organisé, la semaine dernière par direction générale de l'environnement. Faustin Ondamba, Le coordinateur national de ce projet, a indiqué que dans le processus, il existe plusieurs dispositifs pour la mise en œuvre et la formation de gestionnaires des zones humides.
Cette conférence aura pour objectif d’améliorer le système de la sécurité des ressources naturelles convoitées par des groupes armés à travers le programme de conservation de la biodiversité est de renforcer le dialogue politique pour permettre aux ministres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), d’adopter des outils politiques, stratégiques, sécuritaires et techniques opérationnels.
Rendus public à Kigali, Plusieurs médias internationaux rapportent, en effet, que le rapport du SDG Index and Dashboards, hisse le Gabon en première position du top 10 des pays d'Afrique subsaharienne dont les performances dans l’atteinte des Objectifs de développement durable sont appréciables . Arrivé à la 85ème position au classement mondial ,sous un contexte économique mitigé et la crise financière que connaît le pays n’ont pas eu raison de lui.
La coalition d'ONG congolaises et internationales, dont Global Witness, Rainforest Foundation et Greenpeace, ont appelé l'Agence française de développement (AFD) dans un communiqué conjoint, à rejeter le projet financé par un programme norvégien de lutte contre la déforestation dans les pays tropicaux, un programme qui vise à créer une politique « permettant une gestion durable des ressources forestières »selon cette coalition ce programme va aggraver la déforestation au lieu de la combattre. Faits contestés l’AFD.
Parler de biodiversité au Gabon, c’est faire référence au potentiel exceptionnel du pays en termes de diversité des espèces animales et végétales et d’opportunités d’investissements. En effet, le pays dispose de nombreux atouts pour devenir un des leaders mondiaux de la biodiversité. Le Gabon est le deuxième pays en terme de pourcentage de son territoire alloué à la conservation. Les Parcs Nationaux, foyer de la biodiversité végétale et animale Les 13 parcs nationaux constituent des points de contacts privilégiés et d’observation directe de ce vivier. 22 millions d’hectares de forêts, 10.000 km2 de plans d’eau, 700 espèces d’oiseaux, 98 espèces d’amphibiens, entre 95 et 160 espèces de reptiles, près de 10.000 espèces de plantes, plus de 400 essences forestières et 198 espèces différentes de mammifères : toute cette richesse foisonne partout au Gabon, sanctuarisée au profit de l’humanité à travers 11% du territoire national, soit 29.400 km2. Chaque année, les parcs nationaux dévoilent aux scientifiques des trésors naturels exceptionnels. A titre d’exemple, le Parc National d’Akanda, dans la péninsule est de Libreville, se singularise par une très grande concentration d’oiseaux migrateurs d’Afrique, de diverses provenances, se nourrissant dans un environnement où cohabitent des orchidées rares, des palmiers et une mangrove dont les fonctions sont essentielles dans le cycle de vie de certaines espèces animales. Le parc de Loango, sur la côte qui longe l’océan Atlantique, dévoile, sur ses prairies humides des troupeaux d’éléphants de forêt, de buffles, des hippopotames « surfant » sur les vagues et des oiseaux rares tel le guêpier gris-rose.
700 espèces d’oiseaux, 98 espèces d’amphibiens, entre 95 et 160 espèces de reptiles, près de 10 000 espèces de plantes, plus de 400 essences forestières et 198 espèces différentes de mammifères. Ces chiffres impressionnants font du Gabon le pays d'Afrique avec la plus grande variété et quantité d'animaux. La Gabon, leader de la biodiversité ? Les 13 parcs nationaux constituent des points de contacts privilégiés et d’observation directe de ce vivier. Grâce à ces parcs, la nature Gabonaise dévoile aux scientifiques des trésors exceptionnels. Le parc d'Akanda, sur la côte atlantique, est l’un des sites les plus importants d’Afrique centrale pour les oiseaux migrateurs d’Europe. Les grandes plages offrent un refuge pour les espèces d'oiseaux aquatiques, tandis que les vasières abritent les espèces d'échassiers appelées limicoles qui se nourrissent d'invertébrés cachés dans le limon. Au large des côtes atlantiques, on retrouve une grande diversité d'animaux marins offrant le spectacle des sauts des grands dauphins, des dauphins à bosse ou des rorquals. Le Gabon regorge aussi d'animaux rares tels que le Pangolin du Gabon, le Picatharte ou encore le vautour à tête blanche. Mais l'activité de l'homme reste un danger pour certaines espèces.

Faire un don

Ce site à but non lucratif qui fait de la ré information gratuite vous a plu ? …faire un don etc…